Bois de cerisier pour chauffage

Le bois de cerisier représente un choix judicieux pour le chauffage domestique. Appartenant à la catégorie des feuillus mi-durs, il offre un excellent compromis entre pouvoir calorifique élevé et combustion modérée, tout en dégageant une odeur agréable.

Caractéristiques du bois de cerisier comme combustible

bois de cerisier pour chauffage
Le bois de cerisier est une essence de bois fruitier qui présente des caractéristiques intéressantes pour le chauffage domestique. Bien que moins dense que les feuillus durs traditionnels comme le chêne ou le hêtre, il offre néanmoins un bon compromis entre pouvoir calorifique, durée de combustion et agrément d'utilisation.

Un feuillu mi-dur au pouvoir calorifique intéressant

Le cerisier appartient à la catégorie des feuillus mi-durs, aussi appelée G2. Cette classification regroupe des essences de bois dont la densité est intermédiaire entre les feuillus durs (G1) comme le chêne, le hêtre ou le charme, et les bois tendres (G3) tels que le bouleau, le peuplier ou les résineux. Avec un pouvoir calorifique de 1700 kWh par stère, le bois de cerisier se situe dans la moyenne haute des combustibles bois. À titre de comparaison, le chêne et le hêtre, réputés pour être d'excellents bois de chauffage, ont un pouvoir calorifique de l'ordre de 2100 à 2200 kWh/stère. Le cerisier offre donc un rendement énergétique tout à fait correct.

Une combustion modérée et une odeur agréable

Lors de sa combustion dans un poêle, une cheminée ou un insert, le bois de cerisier se consume de façon modérée. Il brûle moins longtemps que les essences très denses comme le chêne ou le hêtre, mais produit néanmoins une chaleur appréciable pendant plusieurs heures. Un des atouts du cerisier réside dans l'odeur agréable qu'il dégage en brûlant. Contrairement à certains bois qui peuvent être âcres ou irritants, le parfum subtil du cerisier contribue à une atmosphère chaleureuse et conviviale dans la maison.

Comparaison avec d'autres essences de bois fruitiers

Parmi les autres bois fruitiers couramment utilisés pour le chauffage, on peut citer le pommier et le poirier. Le bois de pommier a une densité et un pouvoir calorifique assez proches de ceux du cerisier. Il brûle lentement avec une petite flamme et dégage lui aussi une odeur plaisante. Le poirier a une densité légèrement supérieure et offre un bon rendement calorifique, mais produit une flamme discrète qui peut paraître décevante. Au final, le bois de cerisier constitue un bon compromis parmi les essences fruitières, alliant une densité correcte, un pouvoir calorifique intéressant, une combustion modérée et une odeur agréable. C'est donc un choix équilibré pour se chauffer au bois tout en profitant d'une ambiance chaleureuse.

Avantages et inconvénients du bois de cerisier

Le bois de cerisier présente de nombreux avantages en tant que combustible pour le chauffage domestique, mais il comporte également quelques inconvénients à prendre en compte. Comparé à d'autres essences de bois, le cerisier offre un équilibre intéressant entre performance calorifique, agrément d'utilisation et contraintes d'entretien.

Une combustion agréable et de belles braises

L'un des principaux atouts du bois de cerisier est l'odeur agréable qu'il dégage en brûlant. Contrairement à certains bois résineux qui peuvent dégager des effluves désagréables, le cerisier diffuse un parfum subtil et plaisant, idéal pour créer une atmosphère chaleureuse lors des soirées d'hiver. De plus, le cerisier produit de belles braises qui se consument lentement, permettant de maintenir une chaleur douce et régulière pendant plusieurs heures. Cette caractéristique le distingue d'autres bois fruitiers comme le pommier ou le poirier, dont les flammes sont souvent plus éphémères.

Une puissance calorifique modérée

Avec un pouvoir calorifique de 1700 kWh par stère, le cerisier se situe dans la moyenne des bois de chauffage. Il produit une chaleur confortable sans être excessive, ce qui en fait un choix judicieux pour les maisons bien isolées ou les pièces de taille moyenne. Toutefois, sa densité plus faible que celle des bois durs comme le chêne ou le hêtre implique une combustion plus rapide. Il faudra donc recharger le foyer plus fréquemment pour maintenir une température constante. Le tableau ci-dessous compare le pouvoir calorifique de différentes essences :
Essence Pouvoir calorifique (kWh/stère)
Chêne 2100 à 2700
Hêtre 1900 à 2300
Cerisier 1700
Pommier 1600

L'importance d'un séchage soigneux

Comme pour tous les bois de chauffage, un séchage adéquat est primordial pour le cerisier. Un bois trop humide brûlera difficilement et encrassera rapidement les conduits de cheminée à cause de la sève résiduelle. Il est recommandé de laisser sécher les bûches de cerisier pendant au moins 18 mois, idéalement 2 ans, pour atteindre un taux d'humidité inférieur à 20%. Pendant la période de séchage, il est conseillé de billonner (couper en tronçons) et de fendre les bûches pour favoriser l'évaporation de l'humidité. Contrairement au chêne qui supporte un séchage à l'abri, le cerisier a besoin d'être exposé aux intempéries pendant quelques mois pour être "lavé" de sa sève, avant d'être rentré sous un abri ventilé.

Séchage et stockage du bois de cerisier

bois de cerisier pour chauffage
Le séchage et le stockage du bois de cerisier sont des étapes cruciales pour garantir une combustion optimale et efficace dans votre appareil de chauffage. Un bois correctement séché et stocké vous permettra de profiter pleinement des avantages du cerisier tout en évitant les désagréments liés à un bois trop humide.

Réduire le taux d'humidité : la clé d'une combustion optimale

Pour obtenir un rendement énergétique maximal et une combustion propre, il est impératif de réduire le taux d'humidité du bois de cerisier en dessous de 20%. Un bois trop humide brûlera difficilement, produira moins de chaleur et encrassera plus rapidement les conduits de cheminée. Voici les étapes à suivre pour un séchage efficace :
  1. Billonner et fendre le bois de cerisier dès son abattage pour faciliter l'évacuation de l'humidité.
  2. Laisser le bois à l'air libre pendant au moins un an, idéalement deux, pour permettre un "lavage" naturel par la pluie et le vent.
  3. Protéger ensuite le bois des intempéries en le stockant sous abri, tout en maintenant une bonne circulation d'air.
À titre de comparaison, le chêne nécessite un séchage plus long, généralement de deux à trois ans, en raison de sa densité et de sa teneur en tanins plus élevées.

Techniques de stockage pour préserver la qualité du bois

Un stockage adéquat est essentiel pour préserver la qualité du bois de cerisier et éviter sa dégradation. Voici quelques conseils pratiques :
  • Empiler les bûches de manière croisée pour favoriser la circulation de l'air et le séchage uniforme.
  • Surélever les piles de bois du sol à l'aide de palettes ou de rondins pour éviter les remontées d'humidité.
  • Couvrir le dessus des piles avec une bâche ou un matériau respirant pour les protéger de la pluie, tout en laissant l'air circuler sur les côtés.

Stockage optimal du bois de cerisier

Étape Description Durée
Billonnage et fendage Couper et fendre le bois en bûches de taille adéquate Dès l'abattage
Séchage à l'air libre Laisser le bois exposé aux intempéries pour un "lavage" naturel 1 à 2 ans
Stockage sous abri Protéger le bois des intempéries tout en maintenant une bonne aération Jusqu'à l'utilisation
En respectant ces étapes de séchage et de stockage, vous obtiendrez un bois de cerisier de qualité, prêt à vous offrir une combustion performante et agréable dans votre appareil de chauffage.

Prix et disponibilité du bois de cerisier

bois de cerisier pour chauffage
Le bois de cerisier est une option intéressante pour le chauffage domestique, offrant un bon rapport qualité-prix. Son coût et sa disponibilité en font un choix équilibré pour de nombreux foyers français.

Prix du bois de cerisier pour chauffage

En 2024, le prix moyen du bois de cerisier sec destiné au chauffage se situe entre 45 et 75 euros par stère. Ce tarif est comparable à celui d'autres essences de feuillus mi-durs comme le châtaignier ou le robinier. En revanche, il est plus abordable que les bois durs tels que le chêne ou le hêtre, dont les prix peuvent atteindre 90 à 115 euros par stère. Voici un tableau comparatif des prix moyens par stère pour différentes essences de bois de chauffage :
Essence Prix moyen par stère
Cerisier 45 à 75 €
Châtaignier 50 à 80 €
Chêne 70 à 110 €
Hêtre 65 à 95 €

Disponibilité sur le marché français

Le bois de cerisier est relativement bien disponible sur le marché français du bois de chauffage. On le trouve chez de nombreux fournisseurs locaux, notamment dans les régions où cet arbre fruitier est cultivé. Il est également possible de l'acheter en ligne auprès de revendeurs spécialisés, avec livraison à domicile. Cependant, la disponibilité peut varier selon les années et les régions, en fonction des récoltes et de la demande. Il est donc conseillé de s'y prendre à l'avance pour sécuriser son approvisionnement en bois de cerisier, surtout si l'on souhaite de grandes quantités.

L'essentiel sur le bois de cerisier pour chauffage

Le bois de cerisier se révèle être une option attrayante pour le chauffage domestique. Avec un pouvoir calorifique élevé, une combustion modérée et une odeur agréable, il offre un équilibre idéal entre performance et confort. Son prix abordable et sa disponibilité sur le marché français en font également un choix accessible. Bien que nécessitant un séchage adéquat, le bois de cerisier pourrait gagner en popularité auprès des particuliers soucieux d'optimiser leur système de chauffage tout en préservant l'environnement.
Un ventilateur consomme t’il beaucoup d’électricité ?
Bois de chauffage trop sec

Plan du site